pdlv FAKTORY

Porsche : des bénéfices en hausse grâce à l'autocoparting

10 Octobre 2016 , Rédigé par Jean-Philippe GROSJETON Publié dans #Constructeur

Porsche : des bénéfices en hausse grâce à l'autocoparting

C'est une pratique qui se répand de jour en jour : l'autocoparting. Derrière ce terme anglicisé, se cache en réalité une méthode utilisée par les constructeurs automobiles pour augmenter leur marge de bénéfices sur chaque modèle vendu. L'autocoparting consiste tout simplement à mélanger des composants automobiles au sein d'un même groupe. Porsche vient d'officialiser cette pratique. Que cela va-t-il changer concrètement ?

Tout a commencé avec un essuie-glace...

En 2011, la conception de la septième génération de Porsche 911 (la 991, ndlr) a fait l'objet d'une étude très aboutie sur sa rentabilité. Marie-Françoise Colliard, en charge du projet, nous explique la genèse de cette voiture : "Avant de produire la 911 type 991, nous avions une marge nette de plus de 8 000 € par modèle, ce qui était confortable. Mais avec la nouvelle, ce n'était plus possible, nous en étions à 7 600 € par rapport au prix de vente que nous avions fixé en amont, c'était problématique". À cela, des solutions ont été trouvées. Elle nous confie : "Nous avons du recourir à l'autocoparting, c'est-à-dire que nous avons utilisé des pièces communes à d'autres modèles du groupe VAG. Par exemple, l'essuie-glace avant gauche de 911 provient de Volkswagen Up".

Une démocratisation rapide de l'autocoparting

Dès lors, de nombreux constructeurs ont fait de l'autocoparting un moyen idéal pour rentabiliser des pièces. Saviez-vous par exemple que l'allume-cigare d'une Renault Twingo était le même que celui d'une Clio ? Que les Peugeot 108 et Citroën C1 ont les mêmes commodos d'essuie-glaces et le même klaxon ? Chez Porsche, cela va plus loin et madame Colliard nous en détaille les évolutions : "Sur 911, nous proposons désormais des jantes Volkswagen ou Audi, cela nous permet de réduire progressivement notre budget consacré à l'ingénierie des roues. En piochant dans la banque VAG, nous augmentons nos marges". Le futur ? Elle l'envisage d'une manière qui choquera les puristes : "Notre but, c'est de rapprocher le plus possible la Porsche 911 du Volkswagen Scirocco jusqu'à une fusion des deux modèles à l'horizon 2025. Ces deux modèles ont une philosophie identique. Nous avons déjà réduit la cylindrée de la 911 et greffé un turbo pour préparer les acheteurs à une descente progressive en gamme. Des jantes Volkswagen sont désormais configurables à la demande pour 911".


Les anti-autocoparting s'offusquent et manifestent

Cependant, nombreux sont les opposants à ces pratiques. Parmi eux, Bertrand Lochard, agent administratif, qui déplore le manque d'efficacité de l'essuie-glace gauche de sa Porsche 911 dernière génération : "Normal, ça vient d'une citadine pas chère, c'est pas fait pour une 911". Avec une quinzaine d'autres personnes, il s'est donné pour mission de stopper l'autocoparting. Sa dernière source d'énervement : "J'ai entendu dire que le couvercle du bocal de liquide de frein des 911 sera remplacé en 2019 par un provenant d'une Volkswagen Golf, ça me donne la nausée. Et le prestige de la marque putain ?". Ce qui est certain, c'est que l'homme ne se laissera pas faire et qu'il veut faire entendre ses droits : cela de posséder une voiture authentique sans pièce provenant d'un autre modèle. Affaire à suivre.

Partager cet article

Commenter cet article