pdlv FAKTORY

Affaire choucroute : lourdes conséquences pour les automobilistes

7 Juillet 2015 , Rédigé par Jean AYMAR Publié dans #Emploi

Source photo : jds.fr

Source photo : jds.fr

Révélée par nos confrères, l'affaire choucroute comme elle se fait déjà appeler devrait lourdement peser sur le porte-feuille des français. Nous avons pu en savoir un peu plus sur cette affaire qui dérange dans les hautes institutions. Nous reverrons ici les origines de cette crise dont les prémices remontent à début juin.

 

2 juin : l'annonce

Une célèbre chaîne de restauration autoroutière annonce vouloir rénover sa carte dans tous ses restaurants, une nouvelle qui peut paraître tout à fait anodine mais qui a engendré des manifestations lourdes. En cause : la disparition de la choucroute dans le menu du soir à 16,50 €. Son remplacement par du couscous n'est pas du goût collectif. Le 2 juin au soir, cinq camionneurs qui s'apprêtaient à livrer du carburant dans ces stations refusent de vider leurs cuves en quémandant leur choucroute, un plat auquel ces routiers sont très attachés.

4 juin : la revendication

L'affaire prend une tournure nationale, plus aucun transporteur n'accepte de délivrer son carburant, commençant à créer une pénurie de carburant au niveau national. L'Affaire choucroute crée l'étonnement mais prend une tournure plus radicale. En guise de protestation, un automobiliste a voulu se présenter comme chef de fil de ce mouvement. Il s'est alors assis sur le toit de sa Peugeot 307, entamant une choucroute de marque distributeur. Une provocation pas du goût de la chaîne de restauration qui a porté plainte pour concurrence déloyale, l'homme ayant partagé quelques bouchées avec des collègues routiers embarquant du carburant dans leur citerne.
 

11 juin : pénurie

Le carburant commence à manquer, comme nous l'avions révélé auparavant, l'essence est coupée à l'eau pour augmenter les volumes, mais cela ne suffit pas. Un accord est toutefois envisagé afin de restaurer la choucroute mais uniquement pour le service du mardi soir. Un accord qui ne satisfait pas certains routiers pour lequel le mardi est un jour de repos... Craignant une pénurie de choucroute, certaines grandes se voient dévalisés de la spécialité alsacienne.

26 juin : acceptation

La société autoroutière capitule. Trois camions emplis de choucroute partent depuis l'usine où le produit est assemblé à destination des restaurants autoroutiers. Une panne de carburant bloqua les trois véhicules au bout de quelques kilomètres mais soucieux de bien dîner, deux routiers se sont portés volontaires pour aller ravitailler les précieux camions jusqu'aux restaurants. La choucroute y fut servie le soir même et selon les dires de certains, elle était encore meilleure que d'habitude. On ne le répetera jamais assez, la route, c'est vraiment un beau moment de partage.

Article n°39

Partager cet article

Commenter cet article