pdlv FAKTORY

31 | Marseille : Il colle un stickers à l’effigie de son club de football sur la lunette arrière de sa 206

4 Juin 2015 , Rédigé par Lucas NONYM Publié dans #Incroyable

31 | Marseille : Il colle un stickers à l’effigie de son club de football sur la lunette arrière de sa 206

On pourrait penser qu’après cette saison écrasante du PSG, la vente de stickers de l’Olympique de Marseille batte des ailes. C’est sans compter l’acharnement d'Olivier et des nombreux fans de l’équipe phocéenne, refusant de tomber dans l’oubli. Reportage.

Fan de foot

Fan de l’olympique de Marseille depuis sa naissance, c’est une légion qui perdure dans la famille raconte avec émotion le quarantenaire. Une passion qu’il n’a pas peur d’exhiber, puisque qu’il va au travail tous les jours avec sa 206 aux couleurs de son équipe.
«C’est après avoir acheté ma Peugeot 206 HDI, en 2008», raconte-t-il, «une première main, très propre, avec 4 pneus neufs et des jantes alu. J’ai longuement hésité avant de me lancer, n’ayant jamais osé sur la ZX de Papa à l’époque.»
Tout s’est ensuite enchainé très vite «C’était dans les rayons de Norauto» se souvient-il «Je suis tombé par hasard sur un sticker géant à l’effigie de l’OM, et en réduction !». À 9 € au lieu de 18, le coeur d'Olivier s’est emballé et une semaine plus tard, il découvrait sa 206 sous un nouveau visage.

Une révélation

Même si Olivier était sceptique au début, il nous confie aujourd’hui rien regretter. « Avec le recul, cette simple modification a changé bien des choses, notamment aux abords du stade Vélodrome les soirs de matches. Les gens prennent des photos avec ma 206, les partagent sur les réseaux sociaux, c’est presque devenu une mascotte ! ». La voiture a inspiré de nombreux supporters qui n’ont pas hésités à faire la même chose.
Encouragé par ses proches, Olivier espère bien continuer sur sa lancée et envisage déjà d’acheter un maillot miniature à accrocher à son rétroviseur intérieur. Il reste toutefois conscient de la dimension qu’a pris son projet et tient à garder les pieds sur terre en ne se précipitant par vers des modifications qui pourraient être de trop, un état d’esprit qu’on aime chez PDLV.

Article n°31

Partager cet article

Commenter cet article